Terres Exsangues (année 1989)

Le requiem des Ardennes françaises
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 17 novembre 1984: Au fond du gouffre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lestat
Pontife de l'Ethificat
avatar

Messages : 1646
Date d'inscription : 02/09/2016

MessageSujet: 17 novembre 1984: Au fond du gouffre   Jeu 2 Mar - 17:50

Elena se réveilla avec un intense sentiment de claustrophobie, dans le coffre de la voiture. Elle n'osait sortir car elle ne souhaitait pas que Baudouin sache que c'était elle qui était à l'intérieur. Elle dut donc se résoudre à attendre que Luc vienne récupérer la voiture.

C'est sans entrain et la boule au ventre que Luc s'extirpa de son refuge de terre pour se rendre à Orange Mécanique. Baudouin l'attendait comme prévu. Baudouin demanda des nouvelles d'Elena, s'inquiétant de cette étrange demande de service. Devant le silence de Luc, il lui demanda de dire à Elena qu'elle l'appelle prochainement. Ils se serrèrent la main et Luc put reprendre la voiture. Il la gara dans une zone isolée et laissa Elena sortir du coffre, ses vêtements et ses cheveux encore pleins de cendre.

La nuit qui les attendait allait être morose et il leur fallait désormais tenter de ressortir du puit dans lequel ils étaient tombés. Luc se gratta la barbe et...la barbe. Elle avait repoussé complètement. Ca commençait mal.


HRP: -1 point de sang, n'oubliez pas.

_________________
Chantre de la Confrérie de l'Ethique, Saigneur de l'Ethiquetage, Pontife de l'Ethificat, Philosophe du courant Ethiquiste, Ethiquetosaurus Rex, Souverain du royaume d'Ethiquor, l'Ethiquetor, El Ethicador, l'Ethichrist, Le Dalai Léthique, Guillermo Del Ethico, Napoléthique, Toutanéthique, Australopithéthique, Ethiquetologue, Valar Ethiquetis, L'Ethiquetomaniaque, Caïus Ethiquetus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://requiemdesardennes.forumactif.org En ligne
Elena Brandt
"Super Boudeuse"
avatar

Messages : 669
Date d'inscription : 06/09/2016

MessageSujet: Re: 17 novembre 1984: Au fond du gouffre   Ven 3 Mar - 10:55

Elena était au fond de l'abîme. Et c'est sûrement grâce à la présence rassurante de Luc, qu'elle pu émerger dans la réalité, après avoir longuement regardé autour d'elle, l'air hébétée.
Passant sa main dans ses cheveux, elle senti la cendre crisser sous ses doigts fins. Elena en était couverte. Ses vêtements, ses oreilles...

Elle grimaça.

Et même sa bouche.
Elena allait s'épousseter quand elle s'arrêta net. Ces cendres sur elle, étaient une preuve qu'elle avait échappé au brasier.

Puis, lentement, la guerrière commença à refaire surface. La pragmatique surtout. Ses émotions, il allait falloir les laisser de côté et effacer le cadavre de la Célestine de son esprit. Et pourtant, c'est bien cette perte là qui allait animer sa colère et son désire de vengeance.
Mais patience...

Elle réfléchit et parla à voix haute, pour partager avec Luc ses pensées sur la situation.


- Bon. Imaginons une situation cohérente. Les pompiers ont du être appelé, et les flics aussi puisqu'ils savent que la Célestine est...

Elle déglutit.

- Etait mon domaine.

Cette pensée lui arracha une grimace mais, avec une vaillance presque touchante, elle continua.

- Ils doivent évidemment penser que c'est l'organisation qui a tenté de me supprimer suite à notre témoignage... et qu'il y a de fortes chances que j'ai brûlé vivante dans le brasier.
Voilà ce que je pense faire, et je veux bien ton avis Luc : tu devrais me déposer à un kilomètre de la Célestine pour que je m'y rende à pied, l'air égarée.
Si la police est sur place, ils m'emmèneront au commissariat pour m'interroger. S'il y a personne, je demanderais aux voisins de les appeler, l'air hagarde.
Je dirais alors la vérité. Je me suis réveillée dans ma chambre, à cause d'une forte odeur de brûlé.
J'ai réussi à m'en sortir in extrêmis... J'ai alors couru vers ma voiture pour alerter les voisins... Mais au moment où j'ouvrais la portière, quelqu'un, un homme vu sa force, m'a ceinturé et m'a mise dans le coffre malgré mes tentatives de lui échapper. J'ai le souvenir qu'on ai roulé au moins 2 heures. Puis la voiture s'est arrêtée, il y avait un problème. Un pneu crevé, le véhicule cahotait. Sauf que la roue de secours était... dans le coffre. Mon agresseur est sorti en pestant, et c'est alors que j'ai reconnu la voix de Fred. Il semblait seul.
Il a ouvert le coffre... mais cette fois j'étais prête.
Il ne m'avait pas ligoté. Je lui ai sauté dessus, nous avons roulé sur le bitume d'une route isolée en pleine campagne. Nous étions aux environ de la Belgique. Au sol il y avait une pierre. Je l'ai attrapé, et j'ai réussi à l'assommer alors qu'il tentait de m'étouffer en m'insultant de tous les noms...

Il était là, au sol, inanimé. Terrifiée, j'ai bondi sur mes jambes, j'ai fermé le coffre et j'ai pris ma voiture pour rouler le plus longtemps possible, direction Charleville. Mais la roue s'est détachée à environ 20 kilomètres de ma propriété. Alors j'ai marché, pendant des heures, évitant la moindre rencontre, et je suis arrivée sur les lieux du drame la nuit tombante, espérant tomber sur la police...

Luc. Cela voudrait dire qu'il faudrait crever un des pneus de ma voiture et rouler jusqu'à la dite distance de ma maison... Et faire en sorte que la roue soit inutilisable.

Elle tiqua légèrement.

- Il faudrait également que... que tu me frappes et que tu tentes de m'étouffer. Ils regarderont les marques. Si je n'ai rien, ils ne me croiront pas.

Tu... Tu es d'accord ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Luc Constant
"La Pleureuse"
avatar

Messages : 784
Date d'inscription : 07/09/2016

MessageSujet: Re: 17 novembre 1984: Au fond du gouffre   Ven 3 Mar - 13:12

Luc ne faisait montre d'aucune émotion.
Même s'il ressentait des choses, il avait l'air d'une coquille vide.
Il écouta attentivement l'idée d'Elena, mais elle ne lui convenait pas.


- "J'ai pas le temps pour tout ça. C'est trop compliqué et long à mettre en place pour galérer sur des mensonges qui vont rendre les choses un peu bancales si on frotte bien.

On va faire court, je dois voir si j'ai toujours un chez moi, si ceux qui y vivent sont toujours vivant, si Michel n'a rien et le plus long et compliqué de tout, retrouver Alain, voir s'il est en sécurité et si oui, préparer sa sortie de torpeur.

Du coup, voilà ce que je te propose."

Il fit une petite pause le temps de remettre toutes ses idées en ordres, avant de reprendre sur un ton toujours aussi inexpressif.

- "Tu t'es fait attaquée par Fred, que tu as reconnu et deux acolytes; peu importe qui, on s'en fout.
Tu as lutté avec Fred, mais tu t'y attendais pas, du coup, il t'a facilement maitrisé, en plus, avec la baraque en feu, ta peur te figeait.
Il t’emmène à ta caisse, mais il a pas les clefs, il force la vitre avant, retire les loquet de verrouillage, baisse la banquette arrière, te fout dans une bâche et vous colle tous les deux dans le coffre; avant de tout remettre et refermer.

Il s'arrête quelques temps plus tard, te fait sortir, du moins essaie parce que là tu étais prête à lutter .
Il y a lutte, il t'avoine un peu, faudra faire des marques, mais tu arrives à le virer de la voiture en poussant avec tes deux jambes, refermer la portière pour le bloquer et te mettre à la place du conducteur.

Heureusement, la voiture tournait toujours, tu as pris la fuite direction la Suisse pour te cacher dans ta famille.
Mais au bout de quelques heures, tu as changé d'idée, te disant que tu avais des responsabilités.
Qu'il fallait prévenir Beauclair et Valence et surtout pour ton usine.

A environs 20km de la Célestine, tu es tombée en rade d'essence, ne pouvant faire le plein sur une caisse que tu ne peux pas redémarrer.
Du coup, tu finis à pied jusqu'à ta maison.

Ça explique pourquoi tu n'es là que maintenant.
Ça te vas ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Elena Brandt
"Super Boudeuse"
avatar

Messages : 669
Date d'inscription : 06/09/2016

MessageSujet: Re: 17 novembre 1984: Au fond du gouffre   Ven 3 Mar - 15:16

Elena lui sourit et accepta sa proposition de bon coeur. Elle se permit juste une ou deux petites modifications...

"Tu t'es fait attaquée par Fred, que tu as reconnu et deux acolytes; peu importe qui, on s'en fout.
Tu as lutté avec Fred, mais tu t'y attendais pas, et le premier coup t'as fait tomber dans pommes.
Quand tu t'es réveillée, la maison était en feu. Tu as réussi à sortir du brasier in extrêmis. Mais les voyous étaient encore là et t'ont rattrapé. Fred t’emmène à ta caisse, mais il a pas les clefs, il force la vitre avant, retire les loquet de verrouillage, baisse la banquette arrière, te fout dans une bâche et vous colle tous les deux dans le coffre; avant de tout remettre et refermer.

Il s'arrête quelques temps plus tard, car tu n'arrêtes pas de hurler. Il te fait sortir pour te baillonner, du moins essaie parce que là tu étais prête à lutter.
Il y a lutte, il t'avoine un peu, faudra faire des marques, mais finalement tu arrives à l'assommer avec une pierre.

Heureusement, la voiture tournait toujours, tu as pris la fuite direction la Suisse pour te cacher dans ta famille.
Mais au bout de quelques heures, tu as changé d'idée, te disant que tu avais des responsabilités.
Qu'il fallait prévenir Beauclair et Valence et surtout pour ton usine. Tu fais donc demi-tour.

A environ 20km de la Célestine, tu es tombée en rade d'essence, ne pouvant faire le plein sur une caisse que tu ne peux pas redémarrer.
Du coup, tu finis à pied jusqu'à ta maison.

Ça explique pourquoi tu n'es là que maintenant.
Ça te vas ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Luc Constant
"La Pleureuse"
avatar

Messages : 784
Date d'inscription : 07/09/2016

MessageSujet: Re: 17 novembre 1984: Au fond du gouffre   Ven 3 Mar - 15:24

Luc semblait réfléchir intensément aux failles possibles, fronçant les sourcils.

- "Bon, ça semble plausible. Il y a surement des points obscurs, mais c'est une bonne chose.
Agression, enlèvement, destruction de biens et tentative de meurtre; le tout combiné, ça marque les victimes, c'est normal qu'elle n'ait pas toutes les réponses, ça paraitrait suspect.

Il va falloir te faire des marques, en espérant qu'elles ne s'effacent pas de suite.
Et aussi que je t'emmène avec la voiture, pour aller sur le lieu où tu l'as abandonnée.
Et que je siphonne le réservoir, tout en laissant de quoi faire quelques kilomètres, histoire de mettre de la distance par rapport à là où j'ai vidé l'essence."

Il soupira, mais continua toujours sur le même ton.

- "Il va falloir se dépêcher. Tu as quelque chose à ajouter avant de commencer les marques ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Elena Brandt
"Super Boudeuse"
avatar

Messages : 669
Date d'inscription : 06/09/2016

MessageSujet: Re: 17 novembre 1984: Au fond du gouffre   Ven 3 Mar - 15:32

Elena ne rajouta rien, si ce n'est qu'elle lui demanda de la déposer à 1km de la Célestine, afin qu'elle aille voir les policiers dès que possible.

Ensuite, Luc irait déposer la voiture, seul, à 20 km de là.


- Dis-moi simplement où tu vas la déposer, afin que je sache quoi dire aux flic s'ils me le demandent. Tu connais bien la région, peut-être que tu pourrais la laisser sur un chemin de campagne peu fréquenté à la sortie d'un village qui est à une 20e de kilomètres de la Célestine...?

De mon côté je dirais que j'étais bien trop parano, je n'ai demandé aucune aide, je me suis contentée de marcher, marcher, marcher.

Elle serra les dents.

- Aller vas-y. Frappe-moi fort au visage, il faut que l'évanouissement soit crédible. Puis frappe-moi au ventre et à l'épaule. Ensuite, moi je te frapperais aussi afin que mes phalanges soient marquées...

HRP : j'en appelle au MJ, s'il y a un spot identifiable pour le dépôt de la voiture à 20km de la Célestine (un arrêt de bus, un parc, une gare désaffectée, n'importe quoi), que je pourrais donner aux flics, ce serait chouette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Luc Constant
"La Pleureuse"
avatar

Messages : 784
Date d'inscription : 07/09/2016

MessageSujet: Re: 17 novembre 1984: Au fond du gouffre   Ven 3 Mar - 18:38

Luc ne faisait toujours pas état du moindre sentiment.
Il n'exprimait plus rien, il avait comprit la leçon.
Ils avaient un travail à faire, il faudrait passer outre ce qui les rattachait à l'humanité.
Accepter la Bête, cette partie d'eux qu'ils n'acceptaient pas par égo ou pas peur.
Ils étaient des monstres, de choses contre nature voué à se battre les uns les autres pour du bétail stupidement ignorant de la réalité du monde.
C'en était presque risible.

Il reporta son regard inexpressif sur Elena.
Puis d'un coup, il la frappa du poing au niveau de la tempe.
Ce genre de coups pouvait mettre KO lorsqu'il était bien placé.
Il fallait que ça paraisse crédible du point de vue des flics, le coup d'un professionnel.
Il mis un second coups en uppercut, il sentit les dents d'Elena claquer au moment du choc.
Un autre coup qui a de quoi sonner, mais sans plus, dans le feu de l'action, ce genre de coups ne marchaient pas toujours, ça simulerait une bonne lutte.

Et pour finir, il fixa ses yeux vides d'expression dans ceux d'Elena pendant qu'il lui serrait la gorge pour simuler un étranglement.
Elle pouvait voir qu'il n'y trouvait aucune joie à lui faire subir tout ça, mais le plus étrange, c'est qu'il ne montrait pas de regrets non plus.
Il ne montrait plus rien. Il ne semblait plus rien éprouver, du moins, à la surface.
Il s’arrêta au moment ou elle commença a perdre pied.

Il se tenait debout et pendant qu'elle se remettait de tout ça, il dit.


- "Il faudra trouver un lieu de rendez-vous. Histoire de se retrouver après ton passage au commissariat.
Je doute que tu aies encore en endroit où aller, du coup, tu pourras t'installer chez moi si l'appartement est toujours là.
Pour éviter tout soucis, je prendrais refuge dans mon cocon terrestre."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Lestat
Pontife de l'Ethificat
avatar

Messages : 1646
Date d'inscription : 02/09/2016

MessageSujet: Re: 17 novembre 1984: Au fond du gouffre   Lun 6 Mar - 15:19

On toqua à la porte. Luc alla ouvrir et Elena apparut sur le perron. Elle était vêtu de manière très différente. Elle portait une chemise d'homme un peu trop grande pour elle, ainsi qu'un jean également masculin mais qui étrangement lui allait comme un gant, mettant bien en valeur ses formes, même si d'une manière peu à la mode.

Elena put voir Samuel et Octave à quelques mètres derrière Luc. Octave s'avança vers elle tandis que Luc refermait la porte après qu'elle soit rentrée. Le vampire avait l'air soucieux et très concentré.


- Elena ! Luc m'a raconté ce qui s'était passé. Tu as vu la police ? Tu as du nouveau ?

_________________
Chantre de la Confrérie de l'Ethique, Saigneur de l'Ethiquetage, Pontife de l'Ethificat, Philosophe du courant Ethiquiste, Ethiquetosaurus Rex, Souverain du royaume d'Ethiquor, l'Ethiquetor, El Ethicador, l'Ethichrist, Le Dalai Léthique, Guillermo Del Ethico, Napoléthique, Toutanéthique, Australopithéthique, Ethiquetologue, Valar Ethiquetis, L'Ethiquetomaniaque, Caïus Ethiquetus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://requiemdesardennes.forumactif.org En ligne
Elena Brandt
"Super Boudeuse"
avatar

Messages : 669
Date d'inscription : 06/09/2016

MessageSujet: Re: 17 novembre 1984: Au fond du gouffre   Lun 6 Mar - 15:39

Elena semblait en pleine forme et, malgré son air légèrement abattu, elle n'avait plus aucune trace de coups. Ni de cendres. Et Luc ne pu s'empêcher de constater qu'elle sentait bon, le savon à l'amande douce.

La jeune vampire salua Octave et Samuel et lança un regard entendu à Luc. Alors, elle ne se fit pas prier et leur raconta tout se qui s'était passé.


- J'étais au commissariat, je leur ai donné notre version des faits, je pense que ça a marché. Beauclair semblait vraiment désolée et en colère de nous avoir laissés, Alain et moi, sans sécurité. Mais les évènements tragiques de la nuit concordent avec notre témoignage de la veille, et je pense que nous sommes passés du stade de suspect à celui de victimes. Notre plan fonctionne mais... à quel coût.

Elle serra les dents, amère, et ne pu s'empêcher de déglutir.

- Je... Alain... Alain est mort. Il a sauté de l'ambulance alors qu'elle était en marche. Je pense qu'il est à la morgue, mais je n'ai pas eu le droit d'aller le voir, seule la famille est autorisée. Je n'ai pas le contact de sa soeur, Emma. Beauclair va lui demander si elle peut me le transmettre.

Elle lança un regard triste à Octave.

- Vous pensez... vous pensez qu'il est vraiment mort ??

Elle le laissa répondre, puis enchaîna.

- J'ai réussi à convaincre Beauclair de ne pas envoyer une escorte pour ma sécurité. J'ai prétextée la peur d'être trahi par une taupe du Central. Elle seule sait où je vais loger. Beauclair a compris mes craintes et m'a foutu la paix. Mais elle m'a laissé un biper et, si je suis en danger, je dois la prévenir. Si je change de logement également. Je pense qu'elle culpabilise vraiment. C'est une fille bien. Pour l'instant je suis à l'hôtel Orval, à Charleville.

Enfin, l'inspecteur Beauclair m'a raconté qu'ils avaient trouvé un maillet et un pieu dans le coffre du véhicule des agresseurs d'Alain. Elle m'a demandé si la secte ou Marie-Anne nous connaissait. J'ai prétexté que nous ne les avions jamais rencontré, ni vu, mais qu'il était possible qu'ils nous retrouvent facilement. Puis Beauclair m'a demandé si j'avais une théorie. Au début j'ai sous-entendu qu'ils avaient peut-être trouvé un arrangement avec Reims pour se partager la corvée. Mais elle n'y croit pas. Alors j'ai suggéré que l'organisation avait tenté de maquiller leur crime pour faire passer la faute à la secte.

Elle soupira en se frottant les cheveux.

- Je pense que c'est l'explication la plus crédible, et puis il faut à tout pris que l'enquête se dirige vers Reims. En tout cas ils sont sur l'identification des agresseurs, c'est leur seule piste concrète. Et Sarah semble avoir espoir que cette étape leur permettra de faire un bond en avant. Et elle a raison car, si tout va bien, cela les mènera bel et bien à Reims, pour de bon.

Elle lança un regard à Octave.

- L'identification de la plaque d'immatriculation est en cours, elle n'a rien voulu me dire, mais je pense qu'ils tiennent le bon bout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Luc Constant
"La Pleureuse"
avatar

Messages : 784
Date d'inscription : 07/09/2016

MessageSujet: Re: 17 novembre 1984: Au fond du gouffre   Lun 6 Mar - 15:45

Luc leva un sourcil.

- "Tu es certaine que cet hôtel est sécurisé pour les créatures comme nous ?"

Il resta quelques minutes à réfléchir.

- "Je suis d'avis de récupérer le corps d'Alain et de le mettre en sécurité.
J'ai mon idée la dessus, c'est loin, mais inconnu. Il sera pas déranger et faudra préparer son réveil en lui laissant un casse dalle. On choppe un clodo, sa disparition se remarquera pas, on le l'attache et le bâillonne. Le Bétail vivant lui donnera nettement plus matière à se requinquer.

En revanche, pour l'entrée dans la morgue, faudra chiader le coup.
On peut pas se permettre de se louper."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Elena Brandt
"Super Boudeuse"
avatar

Messages : 669
Date d'inscription : 06/09/2016

MessageSujet: Re: 17 novembre 1984: Au fond du gouffre   Lun 6 Mar - 15:56

- Je ne vais pas y dormir, Luc. C'était pour rassurer Beauclair et être joignable si besoin, en conservant un minimum d'indépendance. J'y dormirais si je n'ai pas le choix. Je vais retourner à la Célestine, voir si je peux accéder à mon refuge via la trappe qui est dans le métayer. Personne n'ira me chercher là-bas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Lestat
Pontife de l'Ethificat
avatar

Messages : 1646
Date d'inscription : 02/09/2016

MessageSujet: Re: 17 novembre 1984: Au fond du gouffre   Lun 6 Mar - 16:02

- Comme je le disais à Luc, comme Alain ne s'est pas manifesté au rendez-vous avec Monsieur Rode, ce dernier m'a accompagné à sa boutique pour que je téléphone. J'ai appelé chacun d'entre vous, sans réponse. Je suis donc allé à la Céléstine et j'ai constaté l'étendue des dégâts. Je suis ensuite allé chez Alain, et j'ai pu voir également qu'il s'était passé quelque chose. Tu viens de clarifier la situation.

Octave et Samuel échangèrent un regard entendu. Le visage du vampire ressemblait presque à une statue de cire et son teint était mortuaire. Il n'avait pas pris la peine d'activer toutes ses fonctions vitales. Il cligna des yeux une fois, ce que les autres remarquèrent tellement il le faisait peu.

- La situation est critique. Vous êtes de jeunes vampires, votre sang et votre bêtes sont faibles, alors Alain risque de se réveiller rapidement; quelques nuits tout au plus. S'il est tombé en torpeur, c'est qu'il a été gravement blessé. Son corps non-vivant va chercher à se soigner, et il sera donc affamé à son réveil. C'est potentiellement une catastrophe en devenir pour la Mascarade. Il faut à tout prix que nous le récupérions avant cela.

Nous allons également devoir décider de la forme que prendra la non-vie d'Alain, car cela va influencer la manière dont nous interviendrons. Dans tous les cas, il faudrait éviter que son corps disparaisse sans qu'une raison soit donnée, c'est trop suspect.

Soit nous faisons en sorte qu'Alain soit toujours considéré comme mort, et il devra vivre sa non-vie caché. L'avantage, c'est que cela met fin à tous les problèmes qu'Alain Vanderbeck pouvait avoir. Le revers de la médaille, c'est qu'il devra être bien plus discret, n'aura plus d'existence légale, et que s'il est découvert, nous risquons gros.

Ou alors, nous tentons de trouver une explication pour expliquer son réveil que nous mettrons en scène. Mes connaissances médicales sont limitées, mais peut-être qu'il existe de rares cas où le corps entre dans un coma difficilement identifiable. L'avantage, c'est que s'il revient, il reste officiellement parmi les vivants et ne doit pas radicalement changer sa non-vie. A long terme, c'est plus simple. En revanche, l'explication à court terme risque d'être bancal et de laisser des traces, surtout vu la conjoncture de l'enquête.

Quelque soit ce que nous décidons, je pourrai faire usage de mes pouvoirs. Je peux donner des ordres, directs ou différés pour contrôler les actions de mortels sur lesquelles j'ai étendu mon influence. Je n'étais pas capable de modifier les souvenirs et de les supprimer, mais avec mon gain de puissance récent, il est possible que je puisse y parvenir. Je ne peux pas le garantir.

Que pensez-vous de tout ça ?

_________________
Chantre de la Confrérie de l'Ethique, Saigneur de l'Ethiquetage, Pontife de l'Ethificat, Philosophe du courant Ethiquiste, Ethiquetosaurus Rex, Souverain du royaume d'Ethiquor, l'Ethiquetor, El Ethicador, l'Ethichrist, Le Dalai Léthique, Guillermo Del Ethico, Napoléthique, Toutanéthique, Australopithéthique, Ethiquetologue, Valar Ethiquetis, L'Ethiquetomaniaque, Caïus Ethiquetus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://requiemdesardennes.forumactif.org En ligne
Elena Brandt
"Super Boudeuse"
avatar

Messages : 669
Date d'inscription : 06/09/2016

MessageSujet: Re: 17 novembre 1984: Au fond du gouffre   Lun 6 Mar - 16:33

- Si je devais me prononcer pour le groupe, et non pour l'individu, je choisirais la première option. Alain pourrait nous être très utile, et particulièrement dangereux, tapis dans l'ombre derrière sa mort officielle. Cela déplacerait ses problèmes, certes, mais au moins il n'aura plus la police aux fesses et sera délesté de nombreuses épines, ce qui pourrait être très positif pour notre entreprise. Mais cela voudrait aussi dire qu'il devra dire adieu à sa vie d'avant... et à Emma, j'imagine ? Pas sûr qu'il l'accepte.

Mais si je devais voter, je voterais pour qu'on choisisse sa mort.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Lestat
Pontife de l'Ethificat
avatar

Messages : 1646
Date d'inscription : 02/09/2016

MessageSujet: Re: 17 novembre 1984: Au fond du gouffre   Lun 6 Mar - 16:46

Octave hocha la tête:

- C'est une décision que nous allons devoir prendre pour lui. Concernant sa soeur, elle est de toute façon un serviteur vampirique. Elle sait donc, pour son frère. Elle peut rester le lien entre Alain et ses possessions mortelles.

Il devra se montrer extrêmement discret dans les prochaines semaines et nous devrons trouver un moyen de le cacher.

Samuel intervint alors, dans la conversation:

- Monsieur, nous risquons toujours des attaques stratégiques de nos ennemis.

- Tu as raison, mais ils n'avaient pas prévus que nos amis allaient parler à la police. Cela risque de leur exploser dans la figure.

Octave se tourna alors vers Elena:

- Il faut enfoncer le clou. Elena, il est temps que vous donniez le feu vert à votre contact journaliste, en lui donnant les nouveaux détails s'il le faut, et vite. Cela consolidera vos positions et vous rendra encore plus difficiles à attaquer. Si notre plan a fonctionné, l'enquête sera doublement dirigée vers Reims, peut-être encore plus grâce à leur attaque directe.

Nous allons avoir fort à faire pour stabiliser notre situation. Nous sommes au plus faible, et une nouvelle attaque des Semblables sonnerait notre glas. Je pense qu'il y a une chance pour que la perte de leurs agents les ralentissent, en plus de l'enquête. La question se pose de mettre ou non toutes les chances de notre côté.

Je pense à la soirée de demain, à Reims, avec l'agence de mannequins. Nous devions nous y inviter et intervenir pour compléter notre travail d'hier. Ce dernier coup dur achèverai de renvoyer les Semblables dans les cordes, pour un temps, nous laissant de l'espace pour nous refaire. Mais la priorité est Alain. SOit nous trouvons un moyen de faire les deux, soit nous laissons tomber la soirée, au risque de ne pas les affaiblir suffisamment.



_________________
Chantre de la Confrérie de l'Ethique, Saigneur de l'Ethiquetage, Pontife de l'Ethificat, Philosophe du courant Ethiquiste, Ethiquetosaurus Rex, Souverain du royaume d'Ethiquor, l'Ethiquetor, El Ethicador, l'Ethichrist, Le Dalai Léthique, Guillermo Del Ethico, Napoléthique, Toutanéthique, Australopithéthique, Ethiquetologue, Valar Ethiquetis, L'Ethiquetomaniaque, Caïus Ethiquetus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://requiemdesardennes.forumactif.org En ligne
Luc Constant
"La Pleureuse"
avatar

Messages : 784
Date d'inscription : 07/09/2016

MessageSujet: Re: 17 novembre 1984: Au fond du gouffre   Lun 6 Mar - 16:55

- "Si nous voulons faire les deux, il faudra se séparer.
Pour la soirée, Elena serait toute trouvée, ses capacités sociales seraient un atout. D'autant que ça enverrais un message fort aux Semblables. "Je suis toujours là et regardez ce que je fais à votre troupeau."

Octave pourrait être utile dans les deux cas.
Que ce soit socialement, vu qu'il présente bien, mais aussi grâce à ses pouvoirs.
Pour la morgue, parce que pouvoir contrôler les humains, c'est très pratique quand on va là où c'est interdit.

Quand à moi, baaaaah, à la soirée, je vois pas trop quoi y foutre, c'est pas le même standing et j'ai rien de classe à me mettre.
En revanche, je serais utile pour trimbaler le corps d'Alain vu que personne ne ferait attention à nous."

Il fit une petite pause.

- "Voilà ce que je propose. Elena et Octave, allez à la soirée enfoncer le clou. Moi, je m'occupe d'Alain, mais j'aurais besoin de Samuel et de la voiture. Ça vous convient ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Lestat
Pontife de l'Ethificat
avatar

Messages : 1646
Date d'inscription : 02/09/2016

MessageSujet: Re: 17 novembre 1984: Au fond du gouffre   Lun 6 Mar - 22:17

- Je n'ai rien contre en ce qui concerne l'attribution des tâches, mais ce n'est pas le tout de répartir, il faut aussi décider d'un plan pour Alain. Je l'ai dit, il ne faut pas seulement voler le corps, il faut que cela soit fait sans attirer l'attention et donc qu'officiellement, il ne soit pas disparu, ou qu'une explication crédible ait été trouvée.

Samuel, des propositions ?

Samuel opina du chef.

- Oui, Monsieur.

Il avança d'un pas et se redressa, solennel, presque au garde à vous.

- Le sang de Monsieur Beauvarlet m'a donné la capacité d'hypnotiser mes cibles me permettant de leur donner des ordres et de les maintenir sous mon contrôle. Cela nous permettra d'entrer si la surveillance se limite à une personne et si nous parvenons donc à éviter les autres menaces potentielles. A la différence de Monsieur Beauvarlet, je ne peux pas donner d'ordres à déclenchement différé. Si besoin,je peux également effacer la mémoire immédiate d'une personne en lui ordonnant de nous oublier. Cela peut être utile si notre interaction a été limitée en terme de temps. En cas d'urgence, je peux également neutraliser rapidement une menace de manière non-létale.

Donc, je propose que Monsieur Constant reste en ma présence en activant son pouvoir de neutralité, tandis que j'ouvrirai les différentes portes en effaçant si nécessaire les traces mentales de notre passage. Par contre, si je peux forcer nos cibles à agir, je ne peux pas les convaincre de voir des choses qui ne sont pas là, ou les duper. Je ne peux qu'ordonner. En se limitant à mon action, notre passage sera moins subtile que si Monsieur Beauvarlet s'en occupait, nous laisserons sûrement des traces et des questionnements derrières nous.

Octave esquissa un petit sourire emprunt de fierté, et ajouta:

- Et si la vie et l'oeuvre des grands poètes vous intéresse, Samuel est également incollable.

_________________
Chantre de la Confrérie de l'Ethique, Saigneur de l'Ethiquetage, Pontife de l'Ethificat, Philosophe du courant Ethiquiste, Ethiquetosaurus Rex, Souverain du royaume d'Ethiquor, l'Ethiquetor, El Ethicador, l'Ethichrist, Le Dalai Léthique, Guillermo Del Ethico, Napoléthique, Toutanéthique, Australopithéthique, Ethiquetologue, Valar Ethiquetis, L'Ethiquetomaniaque, Caïus Ethiquetus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://requiemdesardennes.forumactif.org En ligne
Luc Constant
"La Pleureuse"
avatar

Messages : 784
Date d'inscription : 07/09/2016

MessageSujet: Re: 17 novembre 1984: Au fond du gouffre   Mar 7 Mar - 9:29

- "Samuel, serait-il possible d'hypnotiser une personne dans la morgue pour lui faire préparer le corps d'Alain pour l'enterrement ? L'idée étant de remplacer son corps par un autre.
Vu ce qu'il a subit, je doute que ça soit un enterrement à cercueil ouvert, du coup, ça nous avantage pour les proches."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Elena Brandt
"Super Boudeuse"
avatar

Messages : 669
Date d'inscription : 06/09/2016

MessageSujet: Re: 17 novembre 1984: Au fond du gouffre   Mar 7 Mar - 10:59

- Vous savez...

Elena s'était retournée vers les trois damnés qui lui faisaient face.

- Si j'ai bien appris une chose de nos mésaventures avec la police, c'est qu'il faut parfois savoir faire simple et éviter les complications qui nous entraînent toujours plus loin dans les abîmes du mensonge.

Elle se gratta le menton, tout en observant Samuel d'un regard admiratif.

- Et pourquoi pas tout simplement profiter des talents de Samuel, pour faire entrer Luc dans la Morgue ? Tu récupères le corps et vous repartez avec, tout simplement pour le ramener ici même. Samuel te permettra d'avoir accès à la zone concernée et fera en sorte que les humains vous obéissent. L'avantage, c'est que lorsque la police interrogera les témoins, ils décriront Fred. Alors même si nous ne fournissons pas d'explication concernant la disparition du corps, c'est un point de plus pour diriger l'enquête vers Reims... L'organisation a cherché à effacer les preuves, ni plus, ni moins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Lestat
Pontife de l'Ethificat
avatar

Messages : 1646
Date d'inscription : 02/09/2016

MessageSujet: Re: 17 novembre 1984: Au fond du gouffre   Mar 7 Mar - 11:22

Octave sembla réfléchir un instant, puis opina du chef:

- Peut-être... C'est simple, et je doute que la police soupçonne qu'Alain se soit relevé seul. Samuel ?

- Je suis d'accord que c'est simple et que ça puisse passer. Mais ça passera en force plutôt que subtilement. La morgue est à l'hôpital. Ca veut dire que Monsieur Constant et moi on devra rentrer dans les locaux. Si j'ai bien compris, notre identification par les témoins n'est pas un problème. On y échappera pas, et cela veut dire que nous devrons nous montrer discrets par la suite. D'un autre côté, comme le dit Madame BRandt, cela renforcera l'idée qu'une organisation a voulu faire disparaître des preuves, même si c'est un peu étrange sachant que la police détient en vie un des agresseurs et pourra identifier les autres.

Le procédé sera donc peut-être assez simple, il faut juste s'attendre à ce que deux hommes répondant à nos signalements soient ensuite recherchés. Pour Monsieur Constant, si j'ai bien compris, ça fait beaucoup de témoins qui l'ont déjà identifié, son signalement va commencer à être précis.

_________________
Chantre de la Confrérie de l'Ethique, Saigneur de l'Ethiquetage, Pontife de l'Ethificat, Philosophe du courant Ethiquiste, Ethiquetosaurus Rex, Souverain du royaume d'Ethiquor, l'Ethiquetor, El Ethicador, l'Ethichrist, Le Dalai Léthique, Guillermo Del Ethico, Napoléthique, Toutanéthique, Australopithéthique, Ethiquetologue, Valar Ethiquetis, L'Ethiquetomaniaque, Caïus Ethiquetus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://requiemdesardennes.forumactif.org En ligne
Elena Brandt
"Super Boudeuse"
avatar

Messages : 669
Date d'inscription : 06/09/2016

MessageSujet: Re: 17 novembre 1984: Au fond du gouffre   Mar 7 Mar - 12:56

- Bien. Si Luc est d'accord pour devenir le visage le plus recherché des Ardennes... Je pense que nous pouvons passer à l'action.
Oh, Samuel... J'imagine que vous allez grimer votre visage ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Lestat
Pontife de l'Ethificat
avatar

Messages : 1646
Date d'inscription : 02/09/2016

MessageSujet: Re: 17 novembre 1984: Au fond du gouffre   Mar 7 Mar - 12:58

Samuel secoua la tête.

- Je n'ai rien de discret pour ça, Madame.

_________________
Chantre de la Confrérie de l'Ethique, Saigneur de l'Ethiquetage, Pontife de l'Ethificat, Philosophe du courant Ethiquiste, Ethiquetosaurus Rex, Souverain du royaume d'Ethiquor, l'Ethiquetor, El Ethicador, l'Ethichrist, Le Dalai Léthique, Guillermo Del Ethico, Napoléthique, Toutanéthique, Australopithéthique, Ethiquetologue, Valar Ethiquetis, L'Ethiquetomaniaque, Caïus Ethiquetus.


Dernière édition par Lestat le Mar 7 Mar - 13:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://requiemdesardennes.forumactif.org En ligne
Elena Brandt
"Super Boudeuse"
avatar

Messages : 669
Date d'inscription : 06/09/2016

MessageSujet: Re: 17 novembre 1984: Au fond du gouffre   Mar 7 Mar - 13:03

- Oh, je vois... Luc ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Luc Constant
"La Pleureuse"
avatar

Messages : 784
Date d'inscription : 07/09/2016

MessageSujet: Re: 17 novembre 1984: Au fond du gouffre   Mar 7 Mar - 13:20

- "Ai-je réellement le choix, de toute manière. Pas vraiment. Il faut récupérer Alain et Fred est recherché pour de nombreuses choses. Ajoutons-en plus. En revanche, il faudrait éviter que ça soit une description trop précise, il y a un risque que même rasé, je sois reconnaissable.
Surtout si cette connerie de barbe repousse à tous les réveils."

Luc se gratta machinalement la barbe et poussa un soupir.

- "Bon, en ce qui concerne Samuel, j'ai effectivement ce qu'il faut.
C'est assez bateau, mais ça sera suffisant pour ce qu'on veut faire.
De toute façon, je ne compte pas nous faire voire de près."

Il sembla tiquer un petit peu.

- "En revanche, on va pas le ramener ici. J'ai pas envie de ramener trop de preuves chez moi. J'ai endroit, mais c'est loin et dans la nature.
Pas simple d'y aller."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Lestat
Pontife de l'Ethificat
avatar

Messages : 1646
Date d'inscription : 02/09/2016

MessageSujet: Re: 17 novembre 1984: Au fond du gouffre   Mar 7 Mar - 13:34

Octave acquiesça.

- On te fait confiance. Bien, alors j'imagine qu'Elena va dormir ici... Il vaut mieux dormir dans des pièces séparés. Tu vas devoir dormir dans la salle de bain, Elena. Avec un peu de travail, on devrait pouvoir boucher tous les rayons de lumière. Si ce n'est pas suffisant, tu auras le temps de voir venir. C'est plus dangereux pour moi. Je vais devoir mettre ma galanterie en veilleuse pour cette fois.

Octave esquissa un léger sourire.

FIN DE SCENE

_________________
Chantre de la Confrérie de l'Ethique, Saigneur de l'Ethiquetage, Pontife de l'Ethificat, Philosophe du courant Ethiquiste, Ethiquetosaurus Rex, Souverain du royaume d'Ethiquor, l'Ethiquetor, El Ethicador, l'Ethichrist, Le Dalai Léthique, Guillermo Del Ethico, Napoléthique, Toutanéthique, Australopithéthique, Ethiquetologue, Valar Ethiquetis, L'Ethiquetomaniaque, Caïus Ethiquetus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://requiemdesardennes.forumactif.org En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 17 novembre 1984: Au fond du gouffre   

Revenir en haut Aller en bas
 
17 novembre 1984: Au fond du gouffre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Call of Duty : Black OPS 2 = Weekend double XP du 16 au 18 novembre
» Le Ambowl, le tournois des Ambiens 13/14 novembre (80)
» Votre fond d'écran du moment
» La RGC 2010 : les 13 et 14 Novembre prochains
» Ce 1er novembre?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres Exsangues (année 1989) :: La chronique: Terres Exsangues :: Au fil du sang (section narrative principale)-
Sauter vers: