Terres Exsangues (année 1989)

Le requiem des Ardennes françaises
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fin de chapitre: Quand colère devient fureur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lestat
Pontife de l'Ethificat
avatar

Messages : 2127
Date d'inscription : 02/09/2016

MessageSujet: Fin de chapitre: Quand colère devient fureur   Mer 15 Mar - 22:30

« Meurtre sanglant à la morgue ». Tels étaient les gros titres de « L’Ardennais ». L’article décrivait l’assassinat violent du jeune assistant légiste Geoffrey Palmère ainsi que le vol du corps d’Alain Vanderbeck, lui-même victime d’une organisation criminelle contre laquelle il avait voulu témoigner et dont l’existence relevait maintenant du domaine public. L’auteur de l’article laissait également largement sous-entendre qu’un certain laxisme policier avait pu rendre possible ce meurtre odieux et ironisait qu’après la disparition d’une preuve fondamentale pouvant compromettre l’organisation criminelle, c’était maintenant le corps d’une de ses victimes qu’on subtilisait au nez et à la barbe de la police.

Elle leva les yeux et regarda par-dessus sa coupure de journal. La porte du bureau s’était ouverte et son collègue venait d’en émerger. Il la vit et lui fit un petit signe de tête avant de marcher dans sa direction. Elle reposa le journal sur la table basse et se leva, attendant qu’il arrive à sa hauteur. Son visage était fermé, dur même, et elle voyait bien qu’il se faisait violence pour contenir une profonde colère.


- Ca s’est mal passé ?

Il secoua la tête.

- Pas plus mal que prévu. Pas mieux non plus. Je suis suspendu, et quelque chose me dit que je vais reporter l’uniforme et que tu vas avoir un nouveau partenaire.

Elle prit un air peiné mais ne répondit pas.

- Le pire… Le pire c’est qu’ils ont raison. D’abord le carnet, ensuite ça. Putain, mais qu’est-ce qui m’a pris ?

- On fait tous des conneries…

- NON ! Pas comme ça !

Soudain, incapable de contenir sa fureur plus longtemps il donna un violent coup de pied dans la chaise où elle était assise quelques minutes auparavant. Immédiatement, les regards se tournèrent vers eux. Elle fit un geste dans la direction de ses autres collègues tandis qu’il prétendait ne pas y faire attention.

- Tu devrais te reposer, va te coucher…

Elle se rendit compte de sa méprise mais il était trop tard. Quelle idiote ! Heureusement, son collègue venait de lâcher sa colère, et il réagit de manière plus calme que prévu, laissant même échapper un petit rire sec et bref.

- Ouais, c’est ce que cet enfoiré m’a dit de faire, mais tu le savais déjà.

Il s’approcha alors d’elle, les traits figés dans une expression grave, et lui murmura :

- Sarah, il se passe des trucs sales dans cette ville, fais gaffe à toi.

- J’avais remarqué.

- Non, pas ça, pas juste les meurtres. Il y a un truc vraiment louche avec ces types. Je sais pas comment l’expliquer mais il y a quelque chose qui pourrit dans l’ombre. Alors fais gaffe à toi. Fais vraiment gaffe, ok ?

Elle sourit et hocha la tête.

- Ok. Et toi, fais pas le con.

Il haussa les épaules, son visage s’adoucissant légèrement.

- Moi ? Faire le con ? Je vois pas de quoi tu veux parler.



Musique d’ambiance : Forever and Never – The Vampire

Il observait avec une tendresse ternie par le temps les deux petites figurines de bois logées dans le creux de sa paume ouverte. L’une représentait un petit garçon, l’autre, plus grande, une femme. Les personnages n’avaient pas de visage et l’ouvrage était simple et épuré. Pourtant, le travail était précis et fin dans sa simplicité, et leur forme singulière donnait une âme à ces avatars de bois. Il caressa du pouce la chevelure ondulée de la représentation féminine, imaginant une peau chaude et douce au lieu du bois poli.

La porte s’ouvrit derrière lui. Il referma brusquement ses doigts sur les figurines et releva la tête, face à la fenêtre contre laquelle une volée de grêle s’abattait férocement, dissimulée derrière le voile nocturne.

- Oh, pardon. On m’a dit de t’attendre dans la chambre, j’ignorais que tu étais déjà là.

Il ferma les yeux et profita de la voix mélodieuse de la femme qui lui parlait.

- Je dérange ?  

- Non, Patricia. Je t’attendais.

Il entendit son pas léger s’approcher de lui, et très vite, sentit ses longs bras fins enlacer son cou. Elle approcha son visage du sien et leurs joues se touchèrent. Une longue mèche de cheveux noire tomba le long de son propre visage et il prit une profonde inspiration pour en saisir tout l’arôme. Puis, il leva sa main et passa ses doigts le long de la mèche de cheveux tout en fermant les yeux. De son autre main, il caressa à nouveau la figurine de bois.

Lorsqu’il ne sentit plus l’ondulation de la chevelure lisse, il effleura la peau gracile du bras désormais posée sur sa poitrine. Puis, il saisit délicatement le poignet de la femme et l’amena à ses lèvres afin d’y déposer un baiser. C’est le moment qu’il choisit pour planter ses crocs dans la chair tendre et apprécier le liquide de vie, bercé par les soupirs discrets de jouissances de son calice dans le creux de son cou.
Le bruit de la porte qui s’ouvrait se fit entendre derrière lui. Il relâcha immédiatement son étreinte.


- Je… excusez-moi. Je repasserai plus tard.

- Non, reste. Patricia, peux-tu me donner le verre sur la table ?

Comme en transe, elle s’exécuta. D’un geste machinal, il prit le verre et le porta juste en dessous du poignet de Patricia, y laissant perler le sang avant de lécher la plaie pour la refermer.

- Je n’ai pas le temps ce soir, Patricia. Je viendrai te voir après-demain. Va, maintenant.

Alors que la femme s’éloignait, il porta le verra à ses lèvres et but une gorgée, déglutissant cette fois sans plaisir. La grêle avait cessé de tomber.

- Navré de vous avoir interrompu, mais j’ai du nouveau.

- Je t’écoute, Hervé.

- C’est le deuxième conclave que vous manquez, cela n’est pas passé inaperçu.

Il ne répondit pas.

- Tréart s’est retiré de l’élection suite à sa mise en examen. Il a eu beau dénoncer un assassinat politique, son parti l’a remplacé. Il sera probablement relaxé, mais il est politiquement fini.

Hervé marqua une pause, attendant une réponse, mais il garda le silence.

- Irène nous dit que Mondelier est encore convoqué par la police dans quelques jours. Une histoire d’art volé retrouvé dans le parking de son casino. Juridiquement, elle pense qu’il s’en sortira mais une journaliste de Charleville était déjà en embuscade et a médiatisé l’affaire. Il faudra se tenir éloigné de lui un bon moment. L’agence de mannequin va accepter l’arrangement proposée par la partie civile. L’affaire a pu être étouffée suffisamment pour préserver la réputation de l’agence, mais le procès a mis à mal ses finances et ses effectifs sont considérablement réduits. Le seul journaliste qui a médiatisé l’affaire s’est avéré être un allié d’Octave. Il ne sera plus un problème.

Il porta le verre à ses narines pour humer le parfum du sang, toujours sans se retourner.

- Concernant Octave et ses laquais, le statut quo est maintenu. L’affaire fait encore beaucoup trop de bruit, à Charleville comme à Reims, et l’enquête est trop médiatisée. Nous ne pourrons pas agir sans risquer de nous compromettre.

Il ne répondait toujours pas.

- Monsieur Darteville, si vous ne voulez pas attendre, je vous suivrai. Je veux venger mon sire autant que vous votre infant.

Cette fois, il devait briser le silence. Il s’efforça de paraître serein pour articuler les mots qu’il se répugnait à prononcer :

- Non, la décision qui a été prise est la bonne. Notre temps viendra. Patience, Hervé. Patience.

- Bien, Monsieur Darteville. Encore navré pour le dérangement. Bonsoir.

Il attendit que le pas d’Hervé s’éloigne, les mâchoires scellées, la main crispée sur les deux figurines de bois. Puis, il entendit le claquement de la porte qu’on refermait.

Le verre se brisa en heurtant violemment le mur sur lequel il éparpilla son contenu vital en même temps que retentissait un cri rauque d’intense fureur.

_________________
Chantre de la Confrérie de l'Ethique, Saigneur de l'Ethiquetage, Pontife de l'Ethificat, Philosophe du courant Ethiquiste, Ethiquetosaurus Rex, Souverain du royaume d'Ethiquor, l'Ethiquetor, El Ethicador, l'Ethichrist, Le Dalai Léthique, Guillermo Del Ethico, Napoléthique, Toutanéthique, Australopithéthique, Ethiquetologue, Valar Ethiquetis, L'Ethiquetomaniaque, Caïus Ethiquetus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://requiemdesardennes.forumactif.org
 
Fin de chapitre: Quand colère devient fureur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La RetroN 5, la console retro universelle : Votre avis ?
» Quand on devient sentimental...
» Quand magic devient le thème d'un anniversaire...
» [Guide] Les Saisons et la Météo
» quand la passion devient un métier!!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres Exsangues (année 1989) :: La chronique: Terres Exsangues :: Au fil du sang (section narrative principale)-
Sauter vers: