Terres Exsangues (année 2002)

Le requiem des Ardennes françaises
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 BG Sam Renoir

Aller en bas 
AuteurMessage
Amanda Williams
"Super Boudeuse"
Amanda Williams

Messages : 177
Date d'inscription : 28/08/2017

BG Sam Renoir Empty
MessageSujet: BG Sam Renoir   BG Sam Renoir Icon_minitimeVen 8 Sep - 10:33

BARBARA DU CHESNAY DE LA BEAUJOIRE
SAM « L’ANGUILLE » RENOIR



S’il y avait bien un être qui était né dans la mauvaise famille, c’était l’Anguille.
D’un simple surnom qui lui avait été donné par ses copains du Rocket, un gang auquel elle avait fait partie, il était devenu le nom de référence du milieu criminel Ardennais. Car à l’image de ce poisson serpentiforme insaisissable, Barbara était rapide, discrète, et extrêmement agile. Et comme le poisson, elle ne parlait jamais. Ou presque.

De son vrai nom Barbara du Chesnay de la Beaujoire, c’est à l’âge de 22 ans qu’elle avait changé son identité pour devenir Sam Renoir. Du fait de sa santé fragile, son enfance avait baigné dans l’extrêmement grande et ennuyeuse bourgeoisie du nord de la France où elle avait passé son adolescence assommée par les cours d’un tuteur privé, qui s’était acharné à lui faire découvrir les secrets du latin, du grec et même de la couture.

L’arrivée de sa majorité avait été une délivrance.

Trainant sa lassitude et son ennui pendant toutes ces années de solitude, enfermée aux environs de Lille, dans la cage dorée qu’était le manoir de la famille du Chesnay de la Beaujoire, l’Anguille avait finalement pris le premier train et n’était jamais revenue.

D’un tempérament discret et taciturne, à la limite d’Asperger, Barbara avait enfin pu quitter l’enfer familial pour se diriger vers la Bretagne où elle avait décidé de réaliser son rêve : devenir flic. Ses parents n’avaient jamais compris qui était leur fille unique, la destinant à un mariage arrangé avec le cadet d’un aristocrate du coin, pour une vie d’une fadeur insoupçonnée. Aveuglés par leurs traditions ancestrales, les du Chesnay n’avaient jamais remarqué le mal-être et la frustration permanente de leur enfant qui n’avait trouvé d’autre moyen que de se mutiler cuisses et avant-bras à coup de rasoir, triste symbole de son désespoir.

Arrivée dans la grande bourgade de Rennes, Barbara s’était rasé la tête, mettant en avant les traits androgynes de son visage qui dominait un corps sans rondeurs et son look de Punk rebelle. Elle avait passé trois mois littéralement à la rue, fréquentant les squats et les sans-abris, trouvant quelques jobs à droite, à gauche, développant l’art du subterfuge et sa connaissance des bas-fond… Terrifiée à l’idée que son père ne la retrouve pour la faire prisonnière d’une vie dont elle ne voulait pas. Le peu d’argent qu’elle gagnait, elle s’en servait pour manger, mais avant tout pour son premier grand projet : se donner toute entière aux mains d’un tatoueur qui lui dessinerait sur le dos, un immense reptile noir. Un serpent, ou une Anguille, qui sait, symbole de sa résurrection. Reptile noir. Re-Noir. Sam Renoir.

Les mois passèrent et vint la rentrée de septembre.

Barbara prit son courage à deux mains, quitta les bas-fond Rennois pour refaire surface dans la société ordinaire et s’inscrire à l’Académie de police de la ville. La jeune femme étudia, sans relâche, les fondements même du métier de justicier pendant deux longues années. Se découvrant un sens profond pour la justice et des facultés insoupçonnées dans le combat et le tir, Barbara du Chesnay commença à s’épanouir et découvrit même le bonheur que de se faire des amis. Peu loquace, elle avait tout de même finit par accepter la présence de deux personnes dans sa vie, ce qui était déjà un exploit ! car l’Anguille n’accordait sa confiance à personne.

Pedro et Jasmine….
L’Anguille souriait à leur souvenir.

De la même promotion, ils avaient suivi les mêmes classes pendant deux belles années, toujours fourrés ensembles, comme cul et chemise. Pedro venait d’une famille d’immigrés espagnols, c’était un bon gars, jovial, maladroit, loyal. Jasmine elle, était d’un tout autre genre. Belle, la chevelure flamboyante, sociable, lumineuse. A eux trois, ils formaient un trio peu banal, d’une loyauté rare. Malheureusement, parce que la vie est ainsi faite, alors qu’ils étaient tous trois en voiture pour se rendre à l’école, un chauffard les avait percutés de plein fouet. Jasmine perdit l’usage de ses jambes, Pedro perdit l’usage de sa vie.
Quant à Barbara, elle n’hérité que d’une seule cicatrice, sur la joue droite. Le choc l’avait propulsé sous le volant qui par miracle, l’avait protégé. La pauvre conductrice s’en était voulu comme si elle avait été responsable de l’accident. Sans se soucier du moteur qui menaçait d’exploser, le petit bout de crevette qu’elle était avait sortie à la seule force de ses bras Jasmine, inconsciente, de la carcasse enflammée et lui avait sauvé la vie. Car quelques secondes plus tard, le véhicule explosait, emportant définitivement Pedro au pays des anges. Pedro était-il déjà mort, Barbara avait-elle du faire un choix entre ses deux amis ? Personne ne le savait, elle n’en avait jamais parlé mais ce drame avait sûrement eu un impact conséquent dans sa vie.

Handicapée, Jasmine n’était jamais devenue flic et Barbara, sous le choc de la mort de leur ami et démunie face à la dépression de la miraculée, n’avait jamais terminé sa troisième année de formation, passant ses nuits entières au chevet de son amie qui ne marcherait plus jamais. C’est d’ailleurs cette dernière qui l’avait convaincue de faire le choix le plus difficile de sa vie. Car en effet, alors qu’elle sortait de l’hôpital quelques mois après l’accident dramatique, un officier l’avait alpagué depuis une Berline noire. C’était un homme d’une cinquantaine d’années, au visage doux mais au regard acéré. Il s’était présenté comme étant officier de police et sur le moment, Barbara avait pensé prendre la fuite, songeant que sa famille l’avait retrouvée. Mais finalement, il n’était là que pour lui faire une offre, et pas n’importe laquelle.

Car l’Anguille avait été remarquée lors de ses deux années de formation. Malgré certains symptômes d’asociabilité qui pouvaient l’approcher d’Asperger, son tempérament sérieux avait fait mouche, comme ses capacités physiques. Elle avait beau avoir le physique d’une crevette, la jeune femme savait parfaitement l’utiliser pour contrer des adversaires bien plus costauds qu’elle. Et malgré ses airs sombres, son instinct farouche et sa loyauté pour ses coéquipiers avaient impressionnés. Barbara ne se mettait jamais en avant et préférait observer depuis l’ombre, plutôt que d’être sur le devant de la scène. C’est d’ailleurs cela qui l’avait tant attiré chez Jasmine, mais aussi chez Pedro. Ils n’étaient que lumière, alors qu’elle n’était qu’obscurité…

Toujours est-il que ce type en Berline n’était autre que le Commandant Montfort. Serge, Montfort qui deviendrait son mentor pendant de longs mois. Il n’avait jamais essayé de la dompter. Barbara était indomptable, indépendante et il avait vite compris que le moindre sentiment d’emprise sur elle, la ferait fuir aussi vite que la lumière.

Mais finalement, c’est grâce à lui qu’elle allait mener l’expérience la plus captivante de sa vie, mais aussi la plus dangereuse : devenir une infiltrée. Elle n’était pas officiellement flic, mais le Commandant s’était arrangé pour lui décerner son diplôme en catimini. Folle de joie, elle avait montré son insigne et son diplôme à Jasmine, puis avait laissé tous les éléments à Montfort, pour qu’il les conserve en toute sécurité dans le coffre-fort de sa maison.
Sa mission serait de s’immerger dans le milieu criminel urbain et de s’y intégrer, pour ensuite procurer au Commandant de précieuses informations sur les trafics illégaux du milieu underground criminel. Pour la protéger et assurer sa sécurité, Serge avait mis en place un code très précis de communication ; car lui seul était au courant de sa double-activité et de sa réelle identité. Barbara du Chesnay était morte et enterrée ; et Sam Renoir était née. Ainsi donc, aux yeux de tous, sauf de Jasmine et de Montfort, Barbara avait disparue et était certainement retournée à sa vie de marginale quelque part en France…

Barbara, ou plutôt Sam, avait alors 25 ans. Cela faisait trois ans qu’elle refourguait régulièrement des infos sur certains criminels hauts placés, dont un parrain très dangereux, qui se faisait appeler Monsieur X. Elle avait intégré le gang des Rocket, qui l’exploitait comme voleuse, essentiellement. Elle était devenue une pro des arnaques, braquages, et bastons, des vols et des cambriolages. Mais chaque mois, le Commandant obtenait ses infos. Car derrière son tempérament sans foi ni loi, Sam œuvrait pour la justice et c’était tout ce qui comptait pour elle.

Alors que l’anguille se faisait un nom dans le métier et que tout semblait se passer au mieux, le vent se mis à tourner. Monsieur X, que Sam avait pris pour cible, avait grâce à ses ouailles, appris que Montfort communiquait auprès d’une taupe dans le milieu. La rumeur dit qu’il aurait tenu cinq heures sans révéler ne serait-ce qu’une seule info sur son infiltrée. Mais les coups de poings et de tenailles avaient eu raison de son cœur pourtant costaud. Les truands l’avaient défenestré, et la thèse du suicide avait envahi la Une des journaux. Montfort, se sachant ciblé, avait néanmoins eu le temps de vider son coffre-fort. Le diplôme et les papiers officiels qui attestaient de la réelle identité de Barbara avaient disparu à jamais, sûrement brûlés à la va vite ou caché dans le secret.

C’est ainsi que le destin avait une fois de plus voulu piéger Sam l’anguille, Sam la survivante. La mort de Serge Montfort emportait tous leurs secrets et il n’y avait plus personne d’autre pour attester de la vraie identité de la jeune femme.

Ivre de douleur et de rage, Sam rêvait de vengeance et de prouver au monde entier qui elle était vraiment… Mais la crevette n’avait ni les moyens, ni le pouvoir d’approcher celui qui avait tué son mentor. Elle passa alors la nuit entière, muette, dans les bras de Jasmine qui l’avait consolé du mieux possible. Sam ne pleurait jamais, mais son amie pouvait ressentir son désarroi. Elle était finalement la seule personne sur terre a connaître sa véritable histoire…



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
BG Sam Renoir
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres Exsangues (année 2002) :: Archives :: Section narrative (Sam Renoir)-
Sauter vers: