Terres Exsangues (année 2002)

Le requiem des Ardennes françaises
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Refuge de Sam

Aller en bas 
AuteurMessage
Amanda Williams
"Super Boudeuse"
Amanda Williams

Messages : 177
Date d'inscription : 28/08/2017

MessageSujet: Refuge de Sam   Ven 17 Nov - 14:01

HRP : Refuge à 3

Elle franchit la porte de son refuge et pris le soin de verrouiller "le Pigeonnier".

En arrivant dans le coin, Sam Renoir avait eu un petit coup de coeur pour cette bâtisse en pierres, un ancien pigeonnier datant du XVIIIe siècle, et qui était en vente depuis quelques temps aux abords de Sedan. Après vingts années à vivre au coeur de la ville, il fallait croire que l'Anguille évoluait et que le calme et la fraîcheur de la zone semi-rurale avaient sur elle des vertus apaisantes, tout en lui permettant d'agir discrètement, si des merdes venaient à lui tomber dessus.

Sans vis à vis et totalement indépendant, le Pigeonnier était camouflé par la présence de chênes centenaires qui empêchaient les passants de le voir depuis la route. La petite bâtisse avait dû faire partie d'un domaine bien plus grand, comme le témoignait la présence d'une grande demeure à quelques 100 mètres de là. Une maison de maître, dans laquelle vivaient des nouveaux riches. Sam avait déjà croisé les bourgeois qui y vivaient, la famille Tental, et avait fait de son mieux pour paraître normale et sympathique, bien que leurs modes de vie soit, de toute évidence, diamétralement opposés.

Sa maisonnette en forme de tour d'un seul étage, était entourée d'un terrain rectangulaire aux rebords florissants mais mal entretenus. L'herbe avait commencé à être haute, alors elle avait fait appel au jardinier des Tental, Rémi. Le jardinage à deux heures du mat, c'était le meilleur moyen de se faire remarquer, alors autant passer par un freelance... A quelques mètres de la bâtisse ronde, les anciens propriétaires avaient également fait installer un abris en bois qui permettait d'abriter deux véhicules en cas d'intempéries.

Sa moto rutilante, une Yamaha R6 noire et orange, y était garée.

Ce qui plaisait à l'Anguille, qui aimait la discrétion et surtout qu'on lui foute la paix, c'était qu'un petit muret rehaussé de barres pointues en fer forgé, faisait le tour de la petite propriété avec une grille à digicode à son entrée. Des arbustes grimpants et des rosiers avaient fait leur oeuvre et permettait au maître des lieux de jouir d'une intimité totale, même dans son jardin.

L'intérieur du Pigeonnier, était simple, pratique et étrangement décoré des peintures et des sculptures de Sam. L'un des tableaux, au-dessus de l'entrée, représentait le visage d'un enfant en colère, sur un fond jaune vif. Un autre tableau présentait le portrait de Jasmine avec son sourire de Mona Lisa et ses boucles dorées. Un dernier proposait une vision surréaliste d'un payage d'automne, en bord de lac...
Mais la jeune femme sculptait également. Des ciseaux de bois, limes et moultes copeaux de bois avaient commencé à envahir les lieux. Car lorsque la jeune vampire avait besoin de canaliser ses émotions et de réfléchir, elle sculptait. Et lorsqu'elle avait besoin de s'exprimer ou de se défouler, elle peignait.

Des petits objets bizarroïdes trônaient un peu partout sur les meubles du salon. Certains étaient agrémentés de ressorts, tandis que d'autres étaient fixes et resteraient figés à jamais. La plupart étaient en bois, certains en acier. Les figurines pouvaient représenter des animaux, des créatures étranges ou des objets.
Un vieux canapé et quelques fauteuils dépareillés avaient été installés autour d'une table basse Emmaüs orange, abîmée par le temps. A quelques mètres, un comptoir à l'américaine délimitait la petite cuisine qui avait vraisemblablement peu servie. Del'autre côté de la pièce centrale circulaire, un escalier en bois légèrement branlant, menait à une mezzanine qui servait de chambre pour les invités avec une minuscule salle de bain privé, que Sam utilisait pour se laver.

Mais évidemment, l'antre même du monstre se situait dans la cave de la propriété, accessible par le comptoir de la cuisine, comme dans les anciens bistrots parisiens. Une petite porte discrète, elle aussi à digicode, permettait l'accès d'une seule personne à la fois. La descente était raide et pour qui ne connaissait pas l'astuce du petit interrupteur camouflé, il fallait avancer dans le noir total et éviter le piège à ours qui attendait sagement les intrus, en bas des escaliers.

Une fois en bas, on découvrait un refuge qui faisait également office d'atelier d'artiste : bordélique, avec des pots de peintures ouvertes un peu partout, des fringues gothiques en boules dans un coin, des vieilles caisses à vin qui servaient de rangement, une commode bancale et un lit aux draps rouges sang, constamment défaits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Refuge de Sam
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Roy, schnauzer moyen au refuge de Bellegarde
» Soirée magic chez ludo le 15/11 + refuge caché :)
» Le drame des Galgos en Espagne
» Schnauzer femelle nain noir de 2005 (78)
» Astuce pour les badges "animaux"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres Exsangues (année 2002) :: Archives :: Section narrative (Sam Renoir)-
Sauter vers: