Terres Exsangues (année 1989)

Le requiem des Ardennes françaises
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chez la grand-mère de Paul "Polo" Omanec

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Luc Constant
"La Pleureuse"
avatar

Messages : 784
Date d'inscription : 07/09/2016

MessageSujet: Re: Chez la grand-mère de Paul "Polo" Omanec   Lun 19 Sep - 0:29

Luc acquiesça d'un signe de tête en regardant Elena.
Punaise, elle en avait dans l'froc.
Elle qui venait d'en haut, n'hésitait pas à se salir comme ceux d'en bas.
Un sacré bout de femme.

Ensuite, Alain commença a capter l'attention du fou.
Lui aussi était étonnant.
Luc le prenait pour un irrémédiable foireux, mais il avait prouvé le contraire à plusieurs reprises.
Incroyable.

Luc décida de se déplacer de manière telle que si le malade décidait d'attaquer, il serait sur lui avant qu'il ne touche ses associés.
Lutter contre un fou peut être dangereux, mais ça le serait encore plus pour eux s'il les atteignait.


- "Vous avez trouvé un trésor, là bas, l'ami ? Celui des légendes ?"

Continuer à le faire se concentrer sur lui.
Voilà la clef.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Lestat
Pontife de l'Ethificat
avatar

Messages : 1645
Date d'inscription : 02/09/2016

MessageSujet: Re: Chez la grand-mère de Paul "Polo" Omanec   Lun 19 Sep - 7:43

Afin d'attraper le livre, Elena devait dépasser le fou, mais comme il était au centre de la pièce, derrière la table, elle pouvait longer les étagères du mur de droite afin d'atteindre le matelas qui était juste derrière, en restant relativement hors de portée de l'individu instable. Elle s'exécuta donc, sans jamais le quitter des yeux, ses doigts placés sous la poignée de son couteau pour ne pas qu'il glisse de sa manche. Elle espérait de pas avoir à s'en servir.

Luc, quant à lui, avait commencé par suivre Elena jusqu'à ce qu'il soit sur la même ligne horizontale que la table, afin de ne pas avoir à contourner celle-ci si le fou attaquait soudainement sa coéquipière. Alain avait d'abord attiré son attention, et avant que le fou ne réponde, Luc avait enchaîné, le poussant à passer son regard de l'un à l'autre, ne sachant à qui répondre. Elena tira parti de cette confusion et dépassa la table. Elle y était presque.

Le fou s'adressa d'abord à Luc, ou du moins le semblait-il:


- Un trésor ? Aha ! Non, pas de trésor. Aha ! Mais autre chose, ça oui !

Puis il se tourna vers Alain:

- La bête veut le livre?

Il se mit à rire de manière hystérique.

- Tous ceux qui l'ont meurent ? Moi, je suis pas mort ! Aha ! Mais moi, j'ai pas touché le livre, jamais. Polo, oui !

Elena arriva au niveau du matelas. Le livre était à portée de mains. C'était une merveille. Un trésor, même, pour qui était capable d’en apprécier les reliures, les pages, et la valeur intrinsèque. La couverture était frappée d’un sigle argenté en relief, celui d’un cheval bondissant monté par quatre chevaliers. Son titre se lisait, en français moderne : « La véritable histoire des quatre fils Aymon », par le père Jean-Baptiste Lamônier. Elena s'en saisit.

Le regard du fou passa sur Elena l'espace d'un instant et un sourire malsain se dessina sur son visage. Luc se tint prêt à bondir. Mais l'homme posa à nouveau son regard déséquilibre sur Alain. Ce dernier sentit les poils de sa peau se hérisser devant l'expression malsaine que reflétait le visage de son interlocuteur.


- Par contre elle, elle a touché le livre. Alors, c'est votre tour, maintenant. Ca oui !

Musique d'ambiance

Luc fléchit légèrement les jambes, s'attendant à devoir répondre à la menace. Elena, quant à elle, rebroussait chemin et s'apprêtait à rejoindre Luc quand elle s'arrêta soudainement, visiblement surprise. Cet arrêt soudain attira le regard d'Alain et Luc, interrogateurs. Le champ de vision d'Elena avait été bloqué l'espace d'une fraction de seconde, et pourtant, personne n'était passé devant elle. Avait-elle cligné des yeux ? Elle était convaincue que non, et une panique irrationnelle s'empara d'elle que son visage devenu livide communiqua à Luc et Alain.

- *Un livre caché, qui dormait chez l'vieux, je l'attrape par la page, je la montre à ces messieurs... *

Soudain, les lumières s'éteignirent.

- *...ne le trempez pas, tournez ses pages, et vous aurez un beau grimoire tout vieux !**

Une porte claqua et le peu de lumière qui perçait depuis l'entrée disparut. Ils ne voyaient plus rien. La voix du fou résonna dans les ténèbres, comme un murmure cette fois:

- Monsieur Chapeau, la bête, elle a déjà le livre.

Paniquée, Elena prononça le nom de son coéquipier le plus proche, cherchant un soutien avant de réagir:

- Luc ?

Il y a eut un appel d'air près de Luc, suivit d'un bruit sourd, puis d'un son métallique provoqué par la chute d'un objet sur le sol de la cave.

- Je suis là Elena, suivez ma voix. Elena ? ... ELENA ?! Alain, vous savez...

Les paroles de Luc furent étouffées par quelque chose, et quelques secondes plus tard, un nouveau bruit sourd résonna dans la cave. Alain se sentait seul, noyé au milieu des ténèbres, terrifié. Le visage de sa soeur apparut dans son esprit et il rassembla toute sa volonté pour forcer son corps à bouger. Il ne pouvait pas laisser Emma seule. Alain était celui des membres du trio qui était le plus proche de l'escalier menant à la sortie. Il estima où ce dernier pouvait être et s'y dirigea d'un pas chancelant. Il trébucha sur l'escalier et eut le bon réflexe de se rattraper avec ses mains. Il y était.

Quelque chose l'attrapa par l'arrière de son veston et il se sentit violemment tiré en arrière. Il fut littéralement projeté contre le mur, le choc envoyant une vibration malsaine le long de sa colonne. Il s'affala au sol, contre le mur, son corps meurtri.

Sa propre réflexion lui revint en mémoire. *Plus rien ne sera jamais comme avant.* Il avait eu raison. Mais pas pour lui. Pour lui, tout s'arrêtait. Mais sa petite soeur, Emma, allait devoir apprendre à vivre sans son aide. D'une voix étranglée par un sanglot, il murmura:


- Je suis désolé, Emma.

...

*Un livre caché, qui dormait chez l'vieux, je l'attrape par la page, je la montre à ces messieurs, ne le trempez pas, tournez ses pages, et vous aurez un beau grimoire tout vieux !*



Fin du prologue, première partie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://requiemdesardennes.forumactif.org
 
Chez la grand-mère de Paul "Polo" Omanec
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Ombre, hiver et café Grand-Mère
» Les trucs de grand mère, y' a que ça d'vrai !
» [RP] Salut et merci pour le poisson !
» Les recettes de grand mère pour réparer vos consoles
» [27/10/12] Marseille Smash Tour 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres Exsangues (année 1989) :: La chronique: Terres Exsangues :: Au fil du sang (section narrative principale)-
Sauter vers: